Actualités

Stéphane, nouveau patron du restaurant du Golf

Professionnel de la restauration depuis 15 ans, Stéphane Sebag a repris en gérance le restaurant du golf. Ce père de trois enfants que Chantal, sa maman, assiste avec un bel engagement pour relancer l’affaire, est très à l’aise dans son nouveau rôle. Rencontre.


Il serait sûrement très à l’aise sur la scène d’un cabaret parisien. Œil rieur, visage jovial et très convivial, Stéphane Sebag a le sens du commerce dans le sang. Cet homme-là est né généreux, destiné à faire plaisir, à partager. A 47 ans, il a eu plusieurs vies professionnelles : DJ, puis animateur au club Med, gérant d’un bar, créateur d’une sandwicherie en Ile-de-France, il aime plus que tout son métier de restaurateur. Installé depuis 15 ans à son compte, à Paris dans le huitième arrondissement son établissement franco-italien « O bistrot de Tom »fait le plein chaque midi avec des clients d’entreprise.


« Un ami m’a parlé du projet du golf de Feucherolles ; je ne connaissais pas l’endroit même si j’ai vécu en Yvelines. Et je ne suis pas joueur ! Je voulais élargir mes activités avec une nouvelle affaire ou un établissement plus grand. Je suis tombé sous le charme du lieu. Mon comptable m’a dit qu’il y avait ici un beau potentiel, une belle affaire à créer. Alors j’ai signé ! »


Depuis début mars, il s’est mis sur le dossier. Il a misé sur le chef, Alex, qui était en place et a constitué sa petite équipe ; une cuisine moderne – indispensable – sera installée après l’été dans ce restaurant idéalement placé qui, rappelons-le, n’est pas réservé aux golfeurs.


«Je veux une restauration joyeuse»


«Ici, nous accueillons tous les clients, les joueurs bien sûr mais aussi les familles, les amateurs de plaisirs de la table. Le restaurant est public et donc ouvert comme n’importe quel restaurant. Je veux une cuisine simple mais généreuse, avec de forts accents italiens ; j’ai demandé à Alex de servir des assiettes bien garnies avec des produits de qualité. Je veux une restauration joyeuse qui me ressemble» dit dans un bel éclat de rire cet adepte du Krav Maga un sport de combat israélien et de la boxe anglaise. Lorsque l’affaire sera sur des rails, Stéphane proposera d’ouvrir son restaurant le soir, pour des soirées évènementielles privées et des mariages.


Marié et père de trois enfants, le nouveau « boss » se partage entre son établissement parisien et Feucherolles ; en phase de lancement, il observe tout, écoute les commentaires et a pour seul objectif de faire plaisir aux convives qui s’installent à une table, pour déguster une cuisine généreuse. A écouter les premiers commentaires, il semblerait que l’homme aux grosses lunettes noires soit sur le bon chemin.


Publié le